Photo d'un enfant buvant de l'eau
By Cindi Mèche

Transformer la santé dans la nation Navajo : l'eau est K'é

Dans la nation Navajo, où la médecine moderne rencontre la pratique traditionnelle, un professeur adjoint du Collège de santé des populations de l'Université du Nouveau-Mexique contribue à créer des changements transformateurs en matière de santé avec un outil simple et essentiel à la vie : l'eau.

Carmella Kahn, DrPH, MPH de l'UNM et la chercheuse principale du projet, Carmen George, MS, directrice de recherche pour le programme de sensibilisation communautaire et d'autonomisation des patients/Brigham and Women's Hospital, travaillent à accroître l'accès et la consommation d'eau pour les communautés tribales du Nouveau-Mexique et Arizona.

La colonisation, la marginalisation historique et actuelle et la discrimination ont créé un ensemble puissant de facteurs structurels qui rendent difficile l'accès à l'eau potable et aux aliments nutritifs pour la nation Navajo. Cela a entraîné une prévalence disproportionnée de maladies chroniques chez les Navajo/Diné, en particulier les maladies cardiaques, l'obésité et le diabète.

Lorsqu'ils discutent de la probabilité que les gens tombent malades, George explique : « Bien souvent, la question n'est pas « si », mais « quand ». Constatant la nécessité d'un changement, George et Kahn se sont donné pour mission de créer des habitudes plus saines, en commençant par avec de jeunes enfants. Armé d'un groupe consultatif communautaire composé de professionnels de la santé publique, d'éducateurs et de détenteurs de connaissances traditionnelles, leur projet vise à remédier aux disparités en matière de santé en favorisant la consommation d'eau et en réduisant la quantité de boissons sucrées consommées par les peuples autochtones des zones tribales environnantes.

Le projet Water is K'é (prononcer keh) a débuté comme un effort communautaire de promotion et d'éducation sur l'eau, englobant huit communautés du Nouveau-Mexique et une en Arizona. Pour faire de la consommation d'eau un sujet intéressant, l'équipe a introduit des idées innovantes telles que l'inclusion de recettes pour mélanger des articles avec de l'eau et a participé au défi annuel de l'eau de la Fondation Notah Begay III (NB3). L'objectif était de créer un programme qui encouragerait les enfants à boire plus d'eau et moins de boissons sucrées. L’objectif sous-jacent était de retarder l’apparition des maladies chroniques.

L'une des principales préoccupations concernait la propreté de l'eau. Ils ont donc encouragé les familles à boire de l'eau qu'elles jugeaient propre et sans danger pour elles. Ils ont également proposé une solution pratique en fournissant des pichets filtrants à eau Brita. Les résultats ont été prometteurs, avec une augmentation de la consommation d’eau observée parmi la tranche d’âge ciblée. Cependant, la réduction des boissons sucrées n’a pas été aussi significative, ce qui a incité l’équipe à affiner son approche.

Les commentaires de la communauté ont montré un désir d'incorporer des aspects culturels et traditionnels dans le programme. Cela a conduit au développement de cours de quatre mois destinés aux centres d’éducation de la petite enfance. Le choix de cette tranche d’âge était stratégique, visant à établir des habitudes saines dès un stade précoce de développement. Le programme comprenait des cours sur l'importance culturelle de l'eau, des histoires traditionnelles et la pratique de la langue.

Les enseignants ont vraiment apprécié que ce programme soit bien conçu et organisé. Ils disent que parce qu'ils sont très occupés et n'ont pas le temps de créer quelque chose comme ça, ils apprécient que chaque fois qu'ils ouvraient une leçon, elle était prête pour eux et que [ce programme] a été vraiment facile à mettre en œuvre dans leurs salles de classe. .

- Carmella Kahn, DrPH, MPH Collège de santé des populations de l'UNM

Kahn a mené des entretiens avec des enseignants impliqués dans le programme. Les enseignants ont signalé un effet d’entraînement, notant des changements positifs non seulement chez les élèves mais aussi chez les parents et les membres de la famille élargie. Les aspects culturels du programme, notamment la langue et les histoires traditionnelles, se sont révélés particulièrement marquants.

Pour l’avenir, George a déclaré que le projet avait obtenu un financement supplémentaire pour son expansion. L'équipe vise à inclure davantage de sites d'éducation de la petite enfance, couvrant une zone géographique plus large au sein de la nation Navajo. Le calendrier de quatre ans du projet correspond à leur engagement à s'appuyer sur les succès passés et à affiner les stratégies. Kahn a exprimé sa gratitude pour l'opportunité de collaborer sur le projet, soulignant l'expérience positive de pouvoir contribuer à la nation Navajo puisqu'elle est également Navajo/Diné.

Alors que Water is K'é continue de faire des vagues, le projet témoigne de la puissance des initiatives communautaires, fusionnant la sagesse culturelle avec les stratégies de santé contemporaines. Par leur dévouement, Carmella Kahn et Carmen George illustrent comment l'eau n'est pas seulement une ressource mais un symbole de bien-être.

Catégories: Collège de la santé des populations , Meilleurs histoires