${alt}
Par Nicole San Roman

Sauveteur UNM 40 ans : la passion d'une infirmière de vol

En tant qu'infirmière de vol au sein du programme de transport de soins intensifs Lifeguard de l'Université du Nouveau-Mexique, Jeni Fuller, RN, s'habille tous les jours et saute dans un avion. Elle fait partie de l'équipe spécialisée des sauveteurs pour enfants, s'occupant de certains des nouveau-nés les plus malades de l'État, les transportant de leur lieu de naissance à l'endroit où ils doivent être pour recevoir, souvent, un traitement vital.  

Il y a juste une chose… elle a peur de voler. 

"Je fais ne sauraient J'aime voler », a déclaré Fuller. « Cela fait un moment que j'ai peur de voler. C’est quelque chose que j’ai dû sérieusement considérer lorsque j’ai accepté ce poste. Je pense que je me suis amélioré, mais je n'apprécie toujours pas le vol ; demandez simplement à nos pilotes ! 

Alors pourquoi fait-elle ça ?  

"Je vole pour les bébés. Ils en valent la peine. Une fois que nous avons un bébé dans l'avion, je me concentre sur lui et sur la tâche à accomplir", a déclaré Fuller. 

Pour Fuller, la mission de travailler avec les bébés de l’unité de soins intensifs néonatals (USIN) est personnelle. Cela a commencé lorsqu’elle a accouché de ses propres jumelles, à 28 semaines. Ils pesaient tous les deux moins de 2 livres chacun. 

 

Je vole pour les bébés. Ils font que tout en vaut la peine. Une fois que nous avons un bébé dans l'avion, je me concentre sur lui et sur quelle que soit la tâche à accomplir.

- Jeni Fuller, infirmière autorisée, Équipe spécialisée pour les enfants des sauveteurs de l'UNM 

"Ma les filles ont passé 10 semaines à l’USIN », a déclaré Fuller. « Et pendant 10 semaines, nous avons eu ces merveilleuses infirmières qui ont été avec nous tout au long du processus, nous guidant tout au long du processus et nous aidant à traverser certains des moments difficiles. »

À un moment donné, Fuller a dû retourner au travail alors que ses jumeaux étaient encore à l’USIN. 

barticle-jeni.jpg«C'était incroyablement difficile, mais ce qui a vraiment été utile, c'est le personnel», a-t-elle déclaré. « Je savais que si je n'étais pas là, ce n'était pas grave. Je savais que ces filles allaient très bien prendre soin de mes filles.

Lorsque ses bébés étaient prêts à rentrer à la maison, Fuller a pris plus de temps libre. Jusque-là, Fuller était une infirmière qui ne soignait que des adultes, mais lorsqu'elle fut prête à retourner au travail, elle savait ce qu'elle devait faire.  

 «Je vais à l'USIN», a déclaré Fuller. «Je dois faire ça. Je voulais transmettre l’expérience que j’ai vécue avec mes filles à d’autres familles. 

Et c'est exactement ce qu'elle a fait. En tant que mère et infirmière, Fuller connaissait les hauts et les bas d’avoir un nouveau-né à l’USIN et elle considérait que c’était un honneur d’être là pour les bébés et leurs parents. 

« Pouvoir dire à une maman : 'Voudrais-tu tenir ton bébé dans tes bras aujourd'hui pour la première fois ?' C'est vraiment spécial. Nous pouvons être là pour l'aider à s'alimenter pour la première fois, à lui donner son premier bain, lorsque le bébé est extubé et qu'il respire par lui-même pour la première fois. C'est énorme et nous pouvons faire toutes ces choses en famille. Nous sommes très privilégiés de pouvoir partager cela avec eux », a-t-elle déclaré.  

Fuller a été infirmière à l'USIN pendant 6 ans, puis a eu l'opportunité de rejoindre UNM Lifeguard au sein de l'équipe spécialisée pour enfants, le seul programme de transport néonatal basé au Nouveau-Mexique.  

d-article.jpg

« C'était un grand changement pour moi, mais je savais que c'était quelque chose d'excitant et que je n'aurais pas l'occasion de faire ailleurs. Nous avons un champ de pratique très large, plus large que ce que font les infirmières de chevet moyennes. 

Ainsi, malgré sa peur de voler, Fuller a rejoint l’équipe. 

« Heureusement, nous avons des pilotes très talentueux. Je suis très reconnaissant envers mes partenaires de vol qui agissent gracieusement en tant que personnes de soutien émotionnel », a déclaré Fuller en riant. « Nous avons une très forte culture de sécurité, donc je sais que si nos pilotes ont accepté un vol, il est sécuritaire de partir. Ce sont vraiment les super-héros ici. 

Sauveteur UNM sert des patients dans tout le Nouveau-Mexique et dans certaines régions environnantes, y compris la nation Navajo. Le travail de Fuller consiste à être à bord des vols pour récupérer les nouveau-nés de tout l'État et les emmener recevoir les soins dont ils ont besoin. Parfois, cela signifie les amener à l'hôpital pour enfants de l'UNM ou même transporter les bébés hors de l'État pour des soins spécialisés supplémentaires. 

« Nous recevons un appel téléphonique et après coordination avec nos pilotes, nous descendrons. Une fois sur place, nous faisons beaucoup de stabilisation au chevet car nous voulons que nos bébés soient bien stables pour le transport. Nous passons du temps avec eux pour nous assurer qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes une fois que nous les avons embarqués dans notre avion. 

earticle-jeni.jpgPendant le vol, Jeni et son partenaire, soit une autre infirmière, un ambulancier en soins intensifs ou un inhalothérapeute, s'occuperont du bébé. « Tout ce dont ils ont besoin, nous le faisons. Nous ne sommes pas les patrons, ce sont les bébés qui sont les patrons », a déclaré Fuller. « Ils nous disent quoi faire et nous le faisons. »

Tout comme à l'USIN, Fuller s'efforce d'apaiser les craintes des nouveaux parents, en particulier lorsqu'il s'agit d'emmener leur nouveau-né dans un avion. 

« Ce n’est jamais ce que personne a prévu. Personne n’envisage que l’équipe de sauveteurs de l’UNM vienne chercher son bébé pour l’emmener. Nous essayons vraiment d'être aussi gentils et doux que possible avec les parents parce que nous savons que ce n'est pas facile. Nous prenons soin de chaque bébé comme si c'était notre propre bébé. Ces familles nous font confiance. C'est vraiment un privilège ; Je ressens vraiment, vraiment cela. Nous avons tellement de chance. 

farticle-jeni.jpg

Tout en discutant avec Fuller sur Zoom, ses jumelles, Jessa et Ella, maintenant âgées de 10 ans, sont arrivées et ont salué fièrement leur mère : deux rappels identiques de la raison pour laquelle Fuller fait ce qu'elle fait.  

 "Je pense que parfois, dans le domaine des soins de santé, nous mettons une frontière entre nous et le patient parce que c'est difficile. Parfois, il est difficile d'être personnel avec les gens parce que, si nous le faisons, cela prend un peu de notre cœur, mais je pense vraiment que c'est bien de le faire », a déclaré Fuller. «C'est le bébé de quelqu'un. Nous sommes tous humains et tout le monde a besoin de quelqu'un pour être personnel avec lui. Je ne suis pas un robot. Je ne suis pas une simple infirmière qui vient vous enlever votre bébé. Je suis maman. Je suis un humain. Et donc, je vais te parler comme une maman et un humain", a-t-elle dit.. 

"Je ne suis qu'une maman au travail, ce n'est pas grave."  

 

Célébration du 40e anniversaire de l'UNM Lifeguard

  • Lifeguard a été le premier programme de transport médical aérien au Nouveau-Mexique lorsqu'il a débuté en 1983.
  • UNM Lifeguard est un programme de vol appartenant à l'État et à but non lucratif
  • L’équipe dispose actuellement de 2 avions et 1 hélicoptère (affectueusement appelé Sophia), transportant près de 2,000 XNUMX patients chaque année.
  • Les avions, les pilotes et les mécaniciens sont loués auprès de 7Bar aviation
  • UNM Lifeguard dessert les patients dans tout le Nouveau-Mexique et les régions adjacentes, y compris la nation Navajo, et les transporte vers des soins à l'intérieur et à l'extérieur du Nouveau-Mexique.
  • La Child Specialty Team (CST) a été créée en 2016 et permet à UNM Lifeguard de transporter des patients de tous âges, y compris des nouveau-nés.
  • Nom du sauveteur : Le terme « sauveteur » était autrefois le terme aéronautique utilisé pour désigner un vol médical visant à obtenir un traitement prioritaire du contrôle de la circulation aérienne. Si vous inscrivez « Lifeguard » avant le numéro de queue de votre avion, le contrôle de la circulation aérienne savait que vous aviez un patient à bord ou que vous alliez en avoir un. C'est ainsi que l'UNM Lifeguard tire son nom. (La terminologie a depuis changé pour Medevac)
  • En savoir plus sur l'équipe des sauveteurs de l'UNM ICI!

L'inspiration de Jeni

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories: Hôpital pour enfants, Un engagement communautaire, Meilleurs histoires, Hôpital UNM