Traduire
${alt}
Par Luc Frank

UNM et VA obtiennent 3.1 millions de dollars pour étudier la thérapie électrique des traumatismes crâniens

Les essais cliniques avec des vétérans et des militaires commenceront cet hiver

Le département américain de la Défense a décerné le Département de psychiatrie et des sciences du comportement de l'UNM et Système de soins de santé du Nouveau-Mexique VA 3.1 millions de dollars pour étudier une technique innovante de stimulation cérébrale électrique pour aider les anciens combattants et les militaires souffrant de lésions cérébrales traumatiques légères, ou mTBI.

La collaboration UNM-VA commencera cette année des essais cliniques pour déterminer si la stimulation transcrânienne à courant continu haute définition (HD-tDCS), associée à un entraînement de rééducation - comme des tâches de mémoire - peut réduire les symptômes post-commotionnels (maux de tête ou vertiges, par exemple ) et améliorer la qualité de vie des vétérans et des militaires en service actif atteints de mTBI. Des experts de l'UNM, de l'Université de Miami, du New Jersey Institute of Technology, du City College de New York et du Mind Research Network y participeront également.

Environ 20 pour cent des militaires américains de retour souffrent de lésions cérébrales traumatiques légères. Cette étude recrutera 120 participants âgés de 18 à 59 ans du centre médical Raymond G. Murphy VA à Albuquerque - 80 avec un mTBI et des symptômes auditifs, visuels ou d'équilibre chroniques ; et 40 sans mTBI. Des informations sur l'attention et la mémoire, les performances sensorielles et la qualité de vie seront collectées, tandis que l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la magnétoencéphalographie (MEG) fourniront une image détaillée de l'endroit et du moment où les dysfonctionnements se produisent dans le cerveau.

Les 80 participants mTBI subiront ensuite une intervention HD-tDCS active ou inactive, en utilisant uniquement de faibles courants électriques qui provoquent de légers picotements - pas d'anesthésie, de chocs ou de convulsions. Les participants seront complètement éveillés et à l'aise, et invités à effectuer des tâches de rééducation sensorielle sur un ordinateur et via un écran de réalité virtuelle. Ces tâches activent le cerveau pendant la stimulation, permettant au courant électrique d'avoir un effet plus robuste. Après les sessions, les mêmes informations seront recueillies et comparées pour voir quel effet a eu le HD-tDCS actif par rapport à inactif.

"Nous nous attendons à ce que non seulement cette stimulation soit capable de réduire les symptômes sensoriels post-commotionnels, mais qu'elle améliore également l'attention et la mémoire, et conduira à une meilleure qualité de vie à long terme pour les participants", déclare le chercheur principal de l'étude Davin Quinn, MD, professeur agrégé au département de psychiatrie et des sciences du comportement de l'UNM et psychiatre traitant au centre psychiatrique de l'UNM. "Nous nous attendons également à ce qu'après la procédure, les images IRM et MEG montrent que le cerveau se remet de son dysfonctionnement.

"En cas de succès, cette étude validera un nouveau traitement pour les symptômes post-commotionnels chroniques qui a le potentiel de changer profondément l'approche du mTBI", ajoute Quinn. "Cela serait très avantageux pour les populations militaires et civiles, étant donné le grand nombre de mTBIs qui se produisent chaque année."

Catégories: Recherche, École de médecine