Traduire
Membres de la cartographie des atouts de la communauté
Par Anthony Fleg, MD, MPH

Promouvoir les points positifs

La cartographie des atouts communautaires révèle des forces cachées pour promouvoir la santé et le bien-être

Membres de la cartographie des atouts de la communautéLa chambre était un peu différente qu'une salle de classe typique des sciences de la santé de l'Université du Nouveau-Mexique.

Les chaises étaient disposées en un grand cercle pour faciliter la discussion et transmettre l'idée que tout le monde dans la salle était à la fois apprenant et enseignant.

La formation sur la cartographie des atouts communautaires organisée récemment par le Bureau de la diversité, de l'équité et de l'inclusion des sciences de la santé de l'UNM (OfDEI) en coordination avec l'Initiative pour la santé des autochtones (NHI) et le Bureau de l'équité et de l'inclusion de la ville d'Albuquerque n'était pas axée sur la maladie. Au lieu de cela, il a examiné ce que les individus et les communautés font bien et comment les utiliser pour améliorer la santé.

Les animateurs de la séance étaient plus jeunes que les participants. Parmi eux figuraient Anani Shamour, une jeune autochtone qui a obtenu son diplôme d'études secondaires en mai, et Taryn Penny, une étudiante en deuxième année à l'Université Howard. Tous deux sont employés d'été pour NHI, un groupe qui a promu la cartographie des atouts dans la ville au cours des dernières années.

Les groupes qui organisent l'atelier espèrent inspirer davantage d'interventions axées sur les forces dans les milieux cliniques et communautaires. Les participants venaient de divers groupes, y compris des organisations locales à but non lucratif, le Bureau de la santé communautaire de l'UNM et le ministère de la Santé du Nouveau-Mexique.

"Je ne pense pas que nous puissions parler de l'élimination du racisme systémique sans passer à une manière basée sur la force de faire de la santé et de la guérison", a déclaré Anthony Fleg, MD, MPH, professeur agrégé au Département de médecine familiale et communautaire de l'UNM.

Fleg, qui a aidé à coordonner la formation dans son rôle de directeur du bien-être communautaire pour l'OfDEI, a noté que la majeure partie de sa formation en médecine était purement basée sur la reconnaissance des déficits et des maladies.

La formation du 10 juin s'est terminée par une visite des œuvres d'art créées par le peintre Zuni Mallery Quetawki, artiste résident du Collège de pharmacie de l'UNM. Il a illustré comment l'atout de l'art et de la culture autochtone peut aider à communiquer des concepts scientifiques complexes comme l'effet de l'uranium sur la réparation de l'ADN.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la cartographie des actifs et pour obtenir des informations sur les formations à venir, veuillez contacter le Dr Anthony Fleg.

Catégories: Engagement communautaire, Diversité, Santé, Meilleurs histoires