Traduire

L'UNM fixe des limites à la future recherche sur les tissus fœtaux

Aucune étude sur les tissus donnés lors d'interruptions de grossesse au troisième trimestre

Le Centre des sciences de la santé de l'Université du Nouveau-Mexique n'autorisera plus la recherche médicale sur les tissus fœtaux provenant d'avortements pratiqués après le deuxième trimestre de la gestation.

"La modification des conditions d'acceptation des dons de tissus fœtaux alignera nos politiques de recherche sur nos pratiques d'interruption de grossesse", a déclaré Paul B. Roth, MD, MS, chancelier des sciences de la santé, dans un communiqué.

Le Center for Reproductive Health de l'UNM n'effectue que des avortements médicalement nécessaires, tels que définis par le programme Medicaid du Nouveau-Mexique, a déclaré Eve Espey, MD, présidente du département d'obstétrique et de gynécologie.

Un avortement est considéré comme médicalement nécessaire si la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste ou si la poursuite d'une grossesse entraînerait de graves conséquences pour la santé mentale ou physique de la femme, a déclaré Espey.

En règle générale, les cliniques et les hôpitaux du système de santé de l'UNM ne pratiquent pas d'avortement au-delà du point de viabilité fœtale, sauf en cas d'anomalie fœtale grave ou pour préserver la santé de la femme, a-t-elle ajouté.

Roth a déclaré dans sa déclaration qu'il avait beaucoup réfléchi à la question après la récente suspension de la recherche sur les tissus fœtaux au Centre des sciences de la santé. Les études menées par le néonatologiste de l'UNM Robin Ohls, MD, ont été interrompues après qu'il a été découvert qu'elle n'avait pas respecté les règles internes régissant le transfert de tissus à une entité extérieure.

Bien qu'aucune recherche sur les tissus fœtaux ne soit actuellement en cours, Roth avait décidé plus tôt que le Centre des sciences de la santé devrait conserver les tissus existants qui avaient été donnés par des femmes qui avaient subi un avortement, sachant que la recherche avait le potentiel d'améliorer la santé des générations futures.

À l'avenir, cependant, "tout chercheur de l'UNM souhaitant utiliser les échantillons devra passer par nos processus d'approbation internes rigoureux avant de continuer", a déclaré Roth.

La recherche sur les tissus fœtaux de l'UNM a fait l'objet d'une longue enquête en 2016 par le House Select Panel on Infant Lives. Une enquête ultérieure du procureur général du Nouveau-Mexique a conclu qu'aucune loi n'avait été enfreinte par les chercheurs de l'UNM.

Dans sa déclaration, Roth a reconnu que la recherche sur les tissus fœtaux suscite souvent de profondes convictions. "Nous restons absolument déterminés à aborder la santé et l'équité en matière de santé de notre population tout en reconnaissant que la façon dont nous procédons doit refléter la diversité des cultures", a déclaré Roth.

Catégories: De marché