Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Coup de prévention

Des étudiants en médecine aident les femmes enceintes à accéder au vaccin dcaT dans les cliniques de maternité et de planification familiale de l'UNM

Le vaccin Tétanos, Diphtérie, Coqueluche (Tdap en abrégé) est généralement administré aux femmes enceintes pour protéger leur progéniture contre la coqueluche – une infection respiratoire grave mieux connue sous le nom de coqueluche.

Mais pour certains, le simple fait d'avoir accès au vaccin peut poser des problèmes qui entraînent une baisse des taux d'inoculation.

Lorsque deux étudiants en médecine de l'Université du Nouveau-Mexique ont appris que des femmes recevant des soins prénatals dans trois cliniques de maternité et de planification familiale (M&FP) de l'UNM étaient envoyées ailleurs pour se faire vacciner, ils ont cherché une solution.

Amber Lalla et Katarina Leyba, maintenant en quatrième année à l'École de médecine de l'UNM, ont découvert que les trois cliniques financées par le gouvernement fédéral, situées sur des sites autour de la ville, manquaient de réfrigération et de générateurs de secours pour stocker correctement le vaccin sur place.

Les femmes, dont beaucoup n'avaient pas d'assurance maladie, étaient dirigées vers des cliniques ailleurs à Albuquerque gérées par le ministère de la Santé du Nouveau-Mexique, où elles pouvaient recevoir gratuitement le vaccin Tdap.

Mais ces cliniques nécessitaient un rendez-vous séparé – et il est apparu que de nombreux patients ne suivaient pas la référence.

« Katarina et moi aimons la recherche », dit Lalla. Ils ont passé au peigne fin les dossiers médicaux de 350 femmes enceintes vues sur une période de cinq mois pour évaluer l'impact d'obliger les patients à se rendre à un endroit différent pour les vaccinations. Une base de données à l'échelle de l'État les a aidés à déterminer qui a fini par recevoir les coups de feu.

"Nous avons vu une énorme différence dans les taux de vaccination", dit Lalla. Seulement 31.9% des femmes recevant des soins dans les cliniques M&FP ont reçu le vaccin Tdap, contre 71.9% dans la clinique d'obstétrique de l'hôpital UNM (UNMH), qui fournit des vaccinations sur place.

Pour donner le contexte de leur étude, ils ont également comparé les taux d'inoculation avec le vaccin contre la grippe, qui était facilement disponible dans les cliniques UNMH et M&FP. « Les taux de vaccination contre la grippe étaient très similaires », dit Leyba. "Cela a montré que le fait d'avoir le vaccin sur place était l'un des facteurs les plus importants."

Le couple a également découvert que les femmes des cliniques M&FP sont plus susceptibles de recevoir le vaccin à un moment où il est le moins efficace, juste avant ou après l'accouchement, lorsqu'il ne peut plus déplacer le placenta et ne peut être transmis que par le lait maternel.

"Cela renforce l'idée qu'en mettant des vaccins sur place et en augmentant l'accès, nous pouvons nous assurer que les femmes reçoivent ce vaccin au moment où il est le plus efficace pendant la période recommandée de 27 à 36 semaines", a déclaré Lalla.

L'étape suivante consistait à partager les résultats de leur recherche Tdap, dit Leyba. "Nous avons pu présenter nos données lors de la réunion de la New Mexico Immunization Coalition, montrant qu'il y avait une différence objective dans les taux de vaccination."

À la suite de la présentation de juillet dernier, le ministère de la Santé a accepté de financer un générateur de secours dans l'une des cliniques pour assurer la réfrigération en cas de panne de courant. Les deux autres cliniques sont situées sur les sites de First Choice Community Healthcare, qui ont accepté de stocker les vaccins dans leurs propres réfrigérateurs.

« Le vaccin est dans les cliniques depuis avril », dit Leyba.

Le duo a collaboré au projet avec Jody Stonehocker, MD, directrice du programme de résidence au Département d'obstétrique et de gynécologie et directrice médicale des cliniques M&FP, et Melissa Martinez, MD, professeure au Département de médecine interne.

La directrice de l'unité de soins infirmiers, Jeanine Peek, IA, a aidé à mettre en œuvre les nouveaux protocoles, tandis que l'infirmière sage-femme Katrina Nardini a aidé à créer une nouvelle éducation des patients et a inclus la mention du vaccin Tdap dans le livre prénatal remis à chaque patiente enceinte.

Catégories: Éducation, Santé, Nouvelles que vous pouvez utiliser, De marché, École de médecine, Meilleurs histoires