Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Volontaires en situation de crise

Les apprenants des sciences de la santé de l'UNM s'avancent pour aider à la réponse au COVID-19

Étudiants en sciences de la santé de l'Université du Nouveau-Mexique désireux de faire la différence face à l'urgence de santé publique COVID-19 ont trouvé des moyens créatifs de donner de leur temps et de leur expertise, même s'ils ont poursuivi leurs études dans un cadre virtuel.

Melissa Judson, étudiante de première année au programme de maîtrise en santé publique du Collège de la santé des populations, s'intéresse depuis longtemps à l'épidémiologie. Elle travaillait comme étudiante stagiaire au ministère de la Santé du Nouveau-Mexique lorsque des cas confirmés d'infection virale ont commencé à apparaître dans l'État.

Elle est immédiatement passée de la recherche des cas suspects de maladie d'origine alimentaire à la recherche des contacts pour les personnes testées positives pour le nouveau coronavirus.

"J'appelle des cas positifs de coronavirus", explique Judson. "Nous leur demandons leurs symptômes, s'ils ont eu une exposition connue à un cas de COVID, ou s'il s'agit d'un travailleur de la santé qui a été exposé sur le terrain."

L'objectif est d'identifier toute personne avec laquelle la personne a pu entrer en contact, puis de parler à chaque personne figurant sur cette liste pour voir si elle présente des symptômes de l'infection. « La plupart des gens sont très généreux et comprennent ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons », dit-elle. "Il y en a quelques-uns ici et là qui se disent : 'Qui êtes-vous et pourquoi m'appelez-vous ?'"

Elle travaille à domicile environ 25 heures par semaine de 4 heures à minuit, passant des appels sur un téléphone portable émis par le DOH. Judson, qui a obtenu un diplôme de premier cycle en santé publique de l'Université de l'Arizona, dit que ses parents n'ont jamais vraiment compris ce que fait un épidémiologiste.

« Maintenant, mon père appelle et dit : « Il y a un épidémiologiste aux infos, et c'est ce que vous faites ! »"

Comme beaucoup de ses camarades de classe, Frances Chaves, étudiante en troisième année de médecine, était frustrée lorsque les stages ont pris fin au début du mois de mars. Cela a particulièrement frappé les étudiants de troisième année parce qu'ils passent leurs stages à apprendre ce que c'est que d'opérer dans un environnement d'équipe médicale.

"C'est comme si vous étiez au milieu d'une course et que quelqu'un vous retire et vous dit d'arrêter de courir", dit-elle. "Beaucoup d'entre nous viennent de trouver des projets sans que personne ne le demande ou le demande parce que nous deviendrions fous si nous n'avions rien à faire."

Un ami a commencé à imprimer en 3D des masques et des respirateurs. Chaves a commencé à organiser ses camarades pour qu'ils se relayent à la hotline COVID-19 exploitée à partir du centre d'information sur les poisons et les drogues du Nouveau-Mexique.

Elle passe environ 20 heures par semaine à recevoir des appels de membres inquiets du public et 20 autres à des tâches d'organisation. Elle recrute également dans la classe qui arrive derrière les troisièmes années pour continuer la dotation.

Le travail peut être éprouvant sur le plan émotionnel, dit Chaves. Lors d'un récent quart de travail, elle s'est retrouvée à rassurer une nouvelle mère qui avait peur de transmettre le virus à son bébé par le lait maternel. Mais elle avait également le devoir désagréable de recommander que la femme reste séparée de son bébé jusqu'à ce que les tests puissent s'assurer qu'elle n'est pas infectée.

"Cela a été vraiment gratifiant pour beaucoup d'entre nous", a déclaré Chaves. "Les étudiants en médecine, moi y compris, se sont lancés dans la médecine pour aider les gens. C'est pourquoi nous faisons ce que nous faisons. C'est pourquoi nous nous entraînons comme nous nous entraînons."

Damon Alvarez, étudiant de première année en PharmD au College of Pharmacy, a également travaillé par quarts à la hotline COVID-19 depuis son lancement. Les appels les plus fréquents proviennent de personnes inquiètes parce qu'un collègue ou une connaissance a été testée positive pour COVID-19 et qu'elles craignent de le transmettre à leurs proches, dit-il.

"Le deuxième plus courant est l'information du centre de test", explique Alvarez. "Surtout pour les habitants des zones rurales de l'État, nous essayons de déterminer quel endroit est le plus proche."

Parfois, les appels sont de nature plus sensible. "Il s'agissait pour la plupart de personnes de l'extérieur de l'État qui appelaient pour savoir ce qu'ils devaient faire pour récupérer le corps d'un membre de la famille", a-t-il déclaré.

"Ce genre d'appels est assez difficile, car à l'autre bout, ils sont frustrés et tristes. Il est difficile de rester émotionnellement neutre lorsque vous êtes la seule personne vers laquelle ils se tournent pour obtenir de l'aide et des conseils sur la façon de tout gérer."

Robin Carillo Ortiz, étudiante au programme de double licence en sciences infirmières UNM-Santa Fe Community College, a transformé un amour de longue date pour la couture et l'a transformé en un réseau de bénévoles cousant des masques en tissu à distribuer aux hôpitaux, aux premiers intervenants et à d'autres organisations.

"Nous fabriquons environ 8,500 XNUMX masques de l'autre côté de la rue par semaine, dit-elle. Cela m'épate."

L'inspiration est venue quand on a vu une histoire de CNN sur un hôpital de l'Indiana qui demandait au grand public de créer des masques en tissu pour eux parce qu'ils manquaient d'équipement de protection individuelle suffisant. "Je me suis dit : 'Je pourrais faire ça'", dit Ortiz.

Ortiz a installé trois machines à coudre dans son salon et a enrôlé ses deux filles pour l'aider. Pendant ce temps, elle et sa collègue étudiante en soins infirmiers Erin Price ont commencé à créer l'opération BandanaNM, à créer un site Web et à recruter des bénévoles prêts à coudre, collecter et couper du tissu ou à effectuer des livraisons dans tout l'État.

"Il y a deux modèles que j'ai sur le site Web", dit Ortiz. "L'un est composé de deux morceaux de coton standard avec un élastique, le genre de choses que les gens distribueront dans les centres de test." Un deuxième modèle a des attaches et une poche où un filtre peut être inséré.

"Je prendrai chaque masque que quelqu'un me donnera et je lui trouverai un foyer", a déclaré Ortiz.

Catégories: College of Nursing, Collège de pharmacie, engagement communautaire, éducation, santé, École de médecine, Meilleurs histoires