Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Faire face à une crise de santé publique

Les anesthésistes de l'UNM se joignent à l'appel à des mesures pour mettre fin à la violence armée

Le comité d'action politique de l'American Society of Anesthesiology devrait promouvoir activement des politiques visant à endiguer la "crise de santé publique" de la violence armée, selon un nouvel article publié par les anesthésistes de l'UNM et leurs collègues.

Les médecins, écrivant ce mois-ci dans le Journal d'anesthésie cardiothoracique et vasculaire, appellent leur organisation professionnelle à se joindre à d'autres sociétés médicales pour s'attaquer au problème, accusant en tant que groupe, "nous avons évité de faire face à cette épidémie".

Les anesthésistes et autres médecins périopératoires se retrouvent souvent à s'occuper de victimes de violence armée, soulignent les auteurs. « Pourquoi la violence armée est-elle traitée différemment des autres crises sanitaires nationales et, en tant que médecins périopératoires et champions de la sécurité des patients, pourquoi avons-nous été si réticents à aborder ce problème ? » ils demandent.

« [L]'heure est maintenant venue de soutenir les politiques qui promeuvent la sécurité des armes à feu, atténuent les dangers liés aux armes à feu, s'engagent dans la recherche et l'éducation liées à la violence armée, et promeuvent la promulgation de lois et de politiques qui permettent aux citoyens de vivre à l'abri de la peur. et la violence engendrée par les armes à feu", écrivent-ils.

L'auteur principal de l'article était Neil S. Gerstein, MD, professeur au département d'anesthésiologie et de médecine de soins intensifs de l'UNM et directeur de la division d'anesthésiologie cardiaque. Il a été rejoint par des collègues de l'UNM, de l'Université de l'Utah, de l'Université du Maryland, de la Duke University, de l'Oregon Health and Science University et du Raymond G. Murphy VA Medical Center à Albuquerque.

Les recommandations spécifiques incluent :

  • Avoir des revues médicales périopératoires sollicitant la publication de recherches sur la violence armée ;
  • Soutenir les politiques permettant aux médecins de fournir aux patients des informations factuelles sur la sécurité des armes à feu ;
  • Soutenir les politiques visant à filtrer et à limiter l'accès aux personnes risquant de commettre des actes de violence à l'aide d'une arme à feu ;
  • Travailler pour abroger l'amendement Dickey, qui limite la recherche financée par le gouvernement fédéral sur la violence armée;
  • Appelant les forces de l'ordre, les militants sportifs et sociaux à s'associer à la recherche de solutions pour réduire la violence armée ;
  • imposer des mesures de prévention de l'accès des enfants et des exigences d'entreposage sécuritaire des armes à feu ;
  • Mettre en œuvre des vérifications des antécédents, instituer une période d'attente obligatoire pour l'achat d'armes à feu et numériser les dossiers d'armes à feu du Bureau américain de l'alcool, du tabac et des armes à feu ;
  • Interdire la fabrication et la vente futures d'armes d'assaut, réglementer les armes d'assaut existantes et lancer un programme fédéral volontaire de rachat d'armes à feu.

Ils concluent : « Nous appelons l'ASA et d'autres organisations et dirigeants nationaux à soutenir et à développer des stratégies pour répondre à ces besoins non satisfaits et prévenir de futures tragédies de violence armée. »

Catégories: Éducation, Santé, De marché, École de médecine