Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Apprendre à être présent

La formation à la pleine conscience trouve une place à l'école de médecine de l'UNM

Quinze étudiants en troisième année de médecine se sont réunis à midi dans une salle de conférence sans fenêtre dans les bureaux du département de chirurgie de l'UNM, se servant des sandwichs, des chips et des biscuits tout en discutant des avantages de la pleine conscience.

Rebecca Williams-Karnesky, MD, PhD, résidente principale en chirurgie générale, mène la conversation. « Est-ce que l'un d'entre vous a utilisé les exercices de respiration dont nous avons parlé ? » elle demande.

Une étudiante lève la main. "Oui, je l'ai fait hier", dit-elle, décrivant une rencontre sous pression avec un chirurgien qui l'a mise dans l'embarras en lui demandant de décrire les couches de la paroi abdominale.

"Je vais penser à quelque chose, mais ne pas dire la bonne chose", admet l'étudiant, "alors je me suis juste arrêté et j'ai fait la respiration du ventre." Après s'être calmée, elle a fourni la bonne réponse. "Cela vous aide à rattraper vos mots dans votre cerveau."

Williams-Karnesky hoche la tête d'un air approbateur alors qu'un autre étudiant raconte comment il a utilisé sa respiration pour apaiser les sentiments de panique au cours d'une procédure de cinq heures dans une pièce trop chaude et dépourvue de climatisation.

Une définition de travail de la pleine conscience s'affiche sur l'écran à l'avant de la pièce : « Prêter attention d'une manière particulière, volontairement, dans le moment présent, sans porter de jugement.

C'est un thème sur lequel Williams-Karnesky revient à plusieurs reprises dans le cours de pleine conscience, qui se déroule en trois séances d'une heure. Il est obligatoire pour tous les étudiants de troisième année au fur et à mesure qu'ils effectuent la rotation de leurs stages chirurgicaux, en s'appuyant sur un nombre croissant de recherches suggérant que la pleine conscience peut atténuer le risque d'épuisement professionnel des médecins.

Elle guide les étudiants à travers une variété de techniques méditatives, y compris une respiration abdominale lente et régulière, qui active la réponse parasympathique relaxante du corps, des scans corporels conscients et la méditation de bienveillance, une pratique qui favorise la compassion.

« Une grande partie de la médecine concerne le sacrifice de soi pour les autres », dit-elle. "Je passe l'une des trois sessions à parler de compassion - et aussi d'auto-compassion. Nous oublions que nous nous disons que nous sommes surhumains et que ces choses ne nous affectent pas, mais elles le font, très profondément."

Williams-Karnesky apporte des références uniques à son rôle d'enseignante. Lorsqu'elle a commencé son programme de MD/PhD à l'Oregon Health & Science University à Portland, un intérêt naissant pour la méditation l'a amenée à visiter le Dharma Rain Zen Center, situé à seulement deux pâtés de maisons de son lieu de résidence. "J'étais juste comme, 'Ça y est, je suis à la maison.'"

Peu de temps après, elle vivait au centre Zen et se joignait à la méditation de groupe quotidienne.

Formation dédiée - comprenant des retraites de méditation intensives de sept jours appelées sesshin - a permis à Williams-Karnesky de gérer le stress de la faculté de médecine et l'a aidée à clarifier pourquoi elle voulait devenir médecin en premier lieu.

"J'ai décidé à 5 ans que j'allais devenir médecin", dit-elle. À travers sa pratique zen, elle s'est demandé : « Pourquoi est-ce que je fais cela ? Dans quelle mesure mon ego est-il enveloppé dans cela, et comment puis-je en retirer mon ego ? Comment puis-je puiser dans cette motivation de compassion ?

Alors qu'elle commençait à s'impliquer davantage dans les soins aux patients, elle a également trouvé que cela était "très utile pour faire face à ces expériences difficiles dans le contexte clinique, de se sentir impuissante ou dépassée".

Pendant son séjour à Portland, Williams-Karnesky a enseigné des cours de méditation aux jeunes du programme familial du centre Zen. Lorsqu'elle est arrivée à l'UNM pour sa résidence en chirurgie, elle a approché John Russell, MD, directeur du département de chirurgie, pour proposer un cours de pleine conscience aux étudiants en médecine.

« Le Dr Russell est d'un grand soutien, dit-elle. « À partir du moment où j'ai dit que je voulais faire ça, il a dit : « Génial ! » » Il a également payé pour acheter aux étudiants des exemplaires de « L'étudiant en médecine conscient : un guide du psychiatre pour rester qui vous êtes tout en devenant qui vous voulez être ."

Les étudiants de troisième année en médecine semblent être particulièrement réceptifs à ce que le cours a à offrir, dit Williams-Karnesky.

"Quand ils arrivent en troisième année, je pense qu'ils commencent à reconnaître à quel point la partie clinique est difficile", dit-elle. "Ils voient que les défis de travailler avec les patients et leurs heures sont bien pires. Ils intègrent les connaissances et l'expérience pratique, et font ce travail émotionnel. Cela devient beaucoup plus pertinent."

Williams-Karnesky partage sa propre expérience en tant que résidente pour souligner les façons dont la pleine conscience peut être mise en pratique. Un exemple est le besoin de porter un téléavertisseur (ou deux ou trois) pendant l'appel, et comment une alerte suscite une réponse « pavlovienne » de « frustration, anxiété et colère instantanées ». L'astuce, dit-elle, est de trouver l'espace entre le stimulus et la réponse.

"Mon téléavertisseur sonne et je ressens une oppression dans ma poitrine, je me sens en colère", dit-elle. « Mais avec la pleine conscience, je suis capable de ressentir cela et de le permettre. Je prends une inspiration, me détends et décroche le téléphone et je dis : « Comment puis-je vous aider ? »"

La pleine conscience offre également une alternative aux moments où un médecin a fait tout ce qu'il pouvait pour son patient - et ce n'est toujours pas suffisant. "Souvent, c'est juste d'être présent à cette personne", dit Williams-Karnesky.

Elle a reçu une reconnaissance nationale pour son travail, y compris le Resident Teaching Award lors de la réunion de l'Association of Surgical Residents à Chicago, et une invitation à présenter au Congrès clinique 2019 de l'American College of Surgeons.

Williams-Karnesky a également rejoint le bureau de l'environnement d'apprentissage nouvellement créé de l'École de médecine en tant que chercheur associé,

Grâce à une prise de conscience croissante des dangers de l'épuisement professionnel, les étudiants en médecine commencent maintenant à comprendre l'importance du bien-être des médecins dès le début de leur formation. "Le bien-être est certainement sur le radar", dit-elle.

« Déterminer ce qui fonctionne pour le bien-être des chirurgiens, quelles parties sont axées sur l'institution, quels sont les facteurs personnels - cela a certainement fait partie de la conversation. »

Catégories: Engagement communautaire, Éducation, Nouvelles que vous pouvez utiliser, École de médecine, Meilleurs histoires