Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Latinas qui mènent

Le Dr Felisha Rohan-Minjares aide à ouvrir la voie à une plus grande diversité dans l'enseignement médical de l'UNM

Felisha Rohan-Minjares était encore au lycée lorsque son grand-père bien-aimé a subi une crise cardiaque. Ce fut une expérience traumatisante mais transformatrice qui l'a mise sur la voie de devenir médecin.

"Le voir aller mieux et les gens prendre soin de lui, et reconnaître que j'aimais la science et que j'aimais les gens - les deux choses se sont très bien combinées", dit-elle.

Aujourd'hui, elle s'occupe elle-même de ses patients en tant que professeure agrégée au Département de médecine familiale et communautaire de l'Université du Nouveau-Mexique et en tant que doyenne adjointe pour l'enseignement médical de premier cycle à l'École de médecine de l'UNM.

Dans ces deux rôles, elle se consacre à fournir des soins médicaux aux patients mal desservis et à aider les étudiants à pratiquer une médecine culturellement sensible.

Rohan-Minjares a grandi à Gallup, une ville ferroviaire de l'ouest du Nouveau-Mexique bordant la nation Navajo. La famille de sa mère y vivait depuis plusieurs générations, tandis que son père est venu dans la région à l'adolescence de l'État mexicain de Chihuahua.

Elle était la major de sa classe de finissants à Gallup High School en 1996 (elle se souvient avoir conduit ses camarades de classe à danser la Macarena lors de son discours d'adieu). Elle a décidé d'aller à l'Université Notre Dame pour ses études de premier cycle.

"Mes parents n'étaient pas prêts à ce que je parte et que j'aille dans la neige profonde du Midwest", se souvient-elle. "Ma mère a pleuré pendant tout le trajet de retour de South Bend. J'étais l'aîné de la famille et certainement la première personne à partir et à aller aussi loin."

À Notre-Dame, Rohan-Minjares s'est spécialisé à la fois en médecine préparatoire et en administration. « J'ai toujours eu un intérêt pour la santé, l'équité en santé et l'accès aux soins, dit-elle. Elle s'est également fait des amis pour la vie et a rencontré l'homme qui allait devenir son mari, Amador Minjares, originaire d'El Paso. Ils ont deux enfants ensemble.

L'école de médecine de l'Université de Stanford est venue ensuite. "C'était facile de choisir Stanford après quatre ans dans la neige du Midwest", dit-elle. Au cours de ses stages cliniques, elle a été frappée par la diversité culturelle de la région de la baie, ce qui a approfondi son intérêt pour la pratique de la médecine interculturelle.

Rohan-Minjares est retournée au Nouveau-Mexique pour sa résidence en médecine familiale à l'UNM. "Je sais que je suis revenue parce que mon grand-père priait pour que je revienne tous les jours", dit-elle.

Son intérêt pour l'éducation médicale est né de son expérience de résidence. « J'ai vraiment aimé enseigner aux autres résidents de mon service », dit-elle. "C'est à ce moment-là que j'ai commencé à penser à vouloir faire partie de la faculté."

Après avoir terminé sa résidence, Rohan-Minjares a travaillé à la clinique Southeast Heights de l'UNM et a pris un appel à l'hôpital de l'UNM pour prodiguer des soins aux femmes mal desservies. Pendant ce temps, Valerie Romero-Leggott, MD, vice-chancelière pour la diversité, l'a recrutée pour développer un programme de soins culturellement efficace pour les étudiants en médecine.

Rohan-Minjares a été nommé doyen adjoint pour l'enseignement de premier cycle en juillet 2018 et a également assumé un rôle au sein du nouveau bureau des environnements d'apprentissage de la Faculté de médecine.

"Cela résume mon intérêt pour la diversité et mon intérêt pour l'éducation", dit-elle. « Rencontrer nos étudiants là où ils se trouvent et créer un environnement d'apprentissage qui leur permet de s'épanouir est une belle fusion de ces deux domaines que je considère comme ayant été les principaux moteurs de ma carrière.

Malgré ses nouveaux rôles administratifs, Rohan-Minjares continue de voir des patients en clinique.

"Ce que j'aime vraiment, c'est avoir des relations individuelles avec les patients", dit-elle. "C'est ce qui motive mon service en tant que médecin - en pensant vraiment à l'humanisme qu'implique le fait d'être médecin.

« J'ai le privilège d'être en lien étroit avec les patients et les informations qu'ils me confient.

Catégories: Engagement communautaire, éducation, santé, Nouvelles que vous pouvez utiliser, École de médecine, Meilleurs histoires