Traduire
${alt}
Par Yamhilette Licon Muñoz

Latinas qui mènent

La biochimiste de l'UNM, Karlett Parra, allie le mentorat à la recherche de pointe

Le "potentiel d'hydrogène" - communément appelé pH - est défini comme la concentration d'ions hydrogène dans une solution. C'est une mesure de l'acidité ou de la basicité.

Dans les cellules, le pH est extrêmement régulé et il s'avère que de nombreux processus cellulaires normaux reposent sur des concentrations de pH particulières. En conséquence, sa dérégulation contribue (ou provoque) diverses maladies.

Mais qu'est-ce qui contrôle les niveaux de pH à l'intérieur des cellules ?

Karlett Parra, PhD, professeur et président du département de biochimie et de biologie moléculaire de l'UNM, a consacré sa vie à l'étude de l'un des acteurs clés de la régulation du pH : une enzyme appelée vacuolar-H+-ATPase (mieux connu sous le nom de V-ATPase).

"La V-ATPase est un nano-moteur très intéressant", déclare Parra. "Il utilise l'énergie de l'ATP [adénosine triphosphate] pour pomper des protons, générant et maintenant différents niveaux de pH à l'intérieur de la cellule."

"La régulation du pH par la V-ATPase est cruciale pour plusieurs processus physiologiques, tels que la maturation des spermatozoïdes, l'acidification urinaire, l'acidification lysosomale et l'absorption de fer et de cholestérol, entre autres."

Née et élevée au Venezuela, Karlett Parra est la première scientifique de sa famille.

« Depuis que j'ai découvert la science, c'est devenu ma passion », dit-elle. "Ma famille était confuse quant à mon engagement à poursuivre une carrière dans la recherche."

Parra a obtenu son doctorat en biochimie et biologie moléculaire de la SUNY Upstate Medical University à Syracuse, NY Là-bas, elle a commencé à étudier les V-ATPases sous la direction de Patricia Kane, PhD. "C'était la meilleure décision de ma vie", dit-elle.

Parra a rejoint la faculté de médecine de l'Université du Nouveau-Mexique en 2007, où ses recherches se sont concentrées sur les différents rôles de la V-ATPase en physiologie et physiopathologie. Déménager à Albuquerque depuis le nord-est a été une transition bienvenue, dit-elle.

"J'aime le bleu du ciel et les montagnes de Sandia", dit Parra. « Ils me rappellent ma ville natale.

Parra a été nommé président du département de biochimie et de biologie moléculaire en 2012. C'était un nouveau défi.

"Être responsable d'un département, c'est comme essayer de faire avancer une grande montagne", explique Parra. "C'est travailler avec un groupe de professionnels très talentueux vers un objectif commun. Il faut le travail, la concentration et l'engagement de tout le monde. Je suis très fier du département et c'est très satisfaisant de le voir grandir."

Dans son laboratoire, Parra étudie des modèles de levure (Saccharomyces cerevisiae et des tours candida albicans) les mécanismes moléculaires qui régulent ou sont régulés par la V-ATPase, ainsi que les lignées cellulaires du cancer du sein et de la prostate.

Elle a découvert que l'inhibition pharmacologique ou génétique de la V-ATPase diminue la virulence du pathogène fongique C. albicans et perturbe plusieurs processus tumorigènes, tels que l'invasion et les métastases dans les cellules cancéreuses du sein et de la prostate.

Elle pense que plusieurs processus pathologiques importants impliquent la régulation du pH - et que l'étude de la V-ATPase pourrait un jour conduire au développement de nouvelles cibles thérapeutiques.

En tant que scientifique et mentor, Parra constate que l'une de ses plus grandes récompenses vient de son travail avec les étudiants.

« Il y a d'excellents étudiants à l'UNM », dit-elle. "Voir certaines d'entre elles grandir et devenir des scientifiques à succès est une grande satisfaction. Travailler avec des femmes d'horizons différents - y compris des femmes d'une culture similaire à la mienne - et les voir suivre leur propre chemin n'a pas de prix."

Catégories: Education, De marché, École de médecine, Meilleurs histoires