Traduire
${alt}

Des cœurs en meilleure santé

Les médecins de l'UNM demandent instamment le dépistage par tomodensitométrie et les médicaments pour inverser la maladie coronarienne

Les maladies cardiaques tuent plus de 600,000 1 Américains chaque année, selon les Centers for Disease Control and Prevention, ce qui en fait le tueur n ° XNUMX du pays.

Les médecins de l'Université du Nouveau-Mexique, David S. Schade et R. Philip Eaton, pensent que la plupart de ces décès sont évitables - et ils proposent un programme simple et peu coûteux qui, selon eux, fera des maladies cardiaques une chose du passé.

Il s'agit d'une approche en deux étapes, basée sur les dernières recherches, qui commence par le diagnostic des maladies cardiaques avant que leurs symptômes n'apparaissent.

Dans un récent commentaire publié dans le American Journal of Medicine, le couple, ainsi que le pédiatre de l'UNM S. Scott Obenshain, MD, et le cardiologue d'Albuquerque Barry Ramo, MD, conseillent que la plupart des gens devraient subir un dépistage des maladies cardiovasculaires avant l'âge de 50 ans.

"Une approche sûre, peu coûteuse et non invasive est désormais possible avec la scintigraphie coronarienne", écrivent-ils. Il s'agit essentiellement d'un scanner pour repérer les dépôts de calcium qui servent de marqueurs pour les plaques de cholestérol obstruant les artères qui peuvent déclencher une crise cardiaque, explique Schade, chef de la division d'endocrinologie du département de médecine interne de l'UNM.

« N'importe qui avec un scanner CAT peut le faire », dit-il. Les tests ne prennent que 10 minutes et coûtent environ 150 $.

Un score de zéro au test signifie qu'il n'y a pratiquement aucune maladie artérielle et que la probabilité d'une crise cardiaque au cours des cinq prochaines années est nulle. Mais un score plus élevé, selon Schade et Eaton, devrait déclencher un régime médicamenteux simple pour réduire les niveaux de lipoprotéines de basse densité - LDL - la soi-disant «mauvaise» forme de cholestérol qui stimule le développement de plaques artérielles.

Une dose quotidienne de 10 mg de rosuvastatine, un médicament hypocholestérolémiant, et une dose similaire d'ézétimibe, qui abaisse également le cholestérol LDL, devraient aider la plupart des patients à descendre en dessous d'un niveau cible de LDL de 50 mg/dl - le point auquel le corps est activement élimine les plaques des artères, disent-ils.

Schade et Eaton reconnaissent que leur objectif de réduction du LDL est agressif : la plupart des experts et des organisations telles que l'American Heart Association suggèrent de maintenir le LDL en dessous de 100 mg/dl - ou 70 mg/dl pour les personnes à haut risque de maladie cardiaque.

"La principale différence d'approche est que nous croyons au traitement de la maladie, et l'American Heart Association, avec d'autres organisations, croit au traitement du risque", a déclaré Schade. « Avec un taux de cholestérol LDL de 70, seulement 60 % des patients s'inversent, mais 40 % s'aggravent, alors qui veut un objectif qui s'aggrave avec une maladie qui tue le plus ? »

Eaton, professeur émérite au Département de médecine qui a été vice-président exécutif des sciences de la santé à l'UNM de 1998 à 2005, souligne que pour la plupart des gens, les maladies cardiaques sont un tueur silencieux : aucun symptôme n'est évident jusqu'à ce qu'une crise cardiaque frappe.

"Asymptomatique ne signifie pas que vous n'avez pas de maladie", dit Eaton. C'est pourquoi les résultats de la scintigraphie coronarienne peuvent apporter une tranquillité d'esprit. "Si votre scan est nul, vous n'avez pas la maladie", dit-il. Un avantage supplémentaire est que le fait de savoir qu'ils ont été testés positifs pour la maladie artérielle motive également les patients à se conformer de manière plus cohérente à leur régime de traitement, dit Eaton.

Les tomodensitogrammes exposent brièvement les patients aux rayons X, mais Schade et Eaton disent que la dose est infime, équivalente à la quantité de rayonnement "de fond" que les gens reçoivent simplement en vivant dans un endroit à haute altitude comme Albuquerque pendant quatre mois.

À l'échelle nationale, l'American Heart Association estime les coûts directs et indirects des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires cérébraux à 350 milliards de dollars, avec un Américain sur deux souffrant d'une forme de maladie.

Le couple exhorte les législateurs des États à exiger des assureurs-maladie qu'ils couvrent les coûts des analyses, car à long terme, cela permettra d'économiser de l'argent. Les Néo-Mexicains - dont 40% sont couverts par Medicaid - subissent 16 crises cardiaques par jour, chacune représentant en moyenne 94,000 XNUMX $ en coûts directs et indirects. Cela se traduit par un coût important pour les contribuables.

"Vous pouvez voir ce que cela fait au budget de l'État", dit Schade. "Ils paient beaucoup d'argent chaque jour juste pour s'occuper de ces gens."

Catégories: Engagement communautaire, éducation, santé, Nouvelles que vous pouvez utiliser, De marché, École de médecine, Meilleurs histoires