${alt}
Par Cindi Meche et Melody Wells

Mois de sensibilisation à la santé mentale : Défendre la santé mentale des nourrissons et des enfants

Un diplômé de l'Université du Nouveau-Mexique dirige désormais le plaidoyer en matière de santé publique à travers le pays, axé sur la santé mentale des nourrissons et des enfants. Elle dit que c'est son passage à l'UNM qui a lancé et inspiré sa carrière.

«Je dis aux gens que je suis une voix pour les bébés», déclare Sherri Alderman, MD, MPH, qui a contribué à façonner la vie de générations de jeunes en tant que pédiatre spécialisée dans la santé mentale des nourrissons.

Contrairement à ce qui peut venir à l’esprit, la santé mentale des nourrissons ne vise pas à donner aux bébés un diagnostic comme la dépression ou l’anxiété. La santé mentale des nourrissons concerne plutôt le bien-être holistique des bébés et des jeunes enfants dans le contexte du bien-être de leurs soignants.
Nous examinons la santé mentale des nourrissons en imaginant la vie du point de vue du bébé. Leur environnement le plus proche est la famille, les soignants, la communauté qui les entoure. La vie de ces personnes a donc un impact important sur la santé mentale des bébés.
- Sherri Alderman, MD, MPH, Anciens élèves de l'UNM

«Nous examinons la santé mentale des nourrissons en imaginant la vie du point de vue du bébé», explique Alderman. « Leur environnement le plus proche, c’est la famille, les soignants, la communauté qui les entoure. La vie de ces personnes a donc un impact important sur la santé mentale des bébés.

Comme l'explique Alderman, qui a obtenu sa maîtrise en santé publique de l'UNM en 2000, pour véritablement donner aux enfants le meilleur départ dans la vie, nous devons également prendre soin des adultes dans leur vie.

Ce sont ses expériences à l’UNM qui ont amené Alderman à se considérer comme une spécialiste de la santé mentale des nourrissons. Elle a terminé sa résidence en pédiatrie à l'hôpital UNM et, en 2006, a participé à la cohorte inaugurale d'une formation interdisciplinaire intensive de deux ans en santé mentale des nourrissons au Centre pour les troubles du développement de l'UNM. Dirigé par Jacqui Van Horn, MPH, DSIII, IMH-E et Deborah Harris, LISW, IMH-E, le programme pionnier a réuni des étudiants et des résidents de l'UNM issus de domaines « qui sont généralement très cloisonnés », explique Alderman. Des médecins, des doulas, des infirmières et des éducateurs de la petite enfance se sont joints à la cohorte pour apprendre les uns des autres et auprès d’experts reconnus à l’échelle nationale en santé mentale des nourrissons.

«Cela reflétait la qualité professionnelle du personnel de santé mentale des nourrissons», explique Alderman.

Elle a souligné que le programme proposé par l'UNM était unique et rare.

« La santé mentale des nourrissons n'est toujours pas vraiment présente à ce jour dans l'enseignement médical et elle n'est pas présente dans la plupart des programmes de formation et de résidence en pédiatrie. » Alderman dit que c'est une situation qui reflète la nature cloisonnée des modèles médicaux occidentaux et la façon dont les États-Unis perçoivent la santé dans son ensemble – quelque chose qu'elle s'efforce de changer.

Vivant désormais à Portland, dans l'Oregon, Alderman occupe divers rôles de plaidoyer local et national dans la sphère des politiques publiques. Elle contribue à créer et à adopter des lois qui amélioreront la vie des parents, des membres de la famille, des prestataires de services de garde et de la société dans son ensemble, afin de donner aux bébés le meilleur départ possible.

«J'ai un intérêt particulier pour les droits de l'enfant», déclare Alderman, qui fait partie d'une coalition œuvrant pour amener les États-Unis à ratifier la loi. Convention relative aux droits de l'enfant. Les États-Unis sont le seul membre des Nations Unies qui n'a pas encore ratifié la Convention. Au cours des prochaines années, elle et la coalition développeront une boîte à outils qui aidera chaque État à ratifier ou à adopter la Convention indépendamment du gouvernement fédéral.

« La Convention relative aux droits de l'enfant est un document phénoménal. Il est intrinsèquement transculturel car il a été élaboré par des experts du monde entier. Les parents y sont mentionnés 14 fois. Ainsi, il reconnaît également que pour réaliser les droits de l’enfant, il faut également réaliser les droits des parents », déclare Alderman.

Aux États-Unis, « la culture dominante manque de valeur accordée aux enfants en tant qu'enfants – non pas en tant que [futurs travailleurs qui financeront] mon futur chèque de sécurité sociale, mais en tant qu'enfants – la valeur qu'ils accordent à la société, le plaisir et l'espoir qu'ils apportent », dit-elle. Alderman affirme que cette attitude se reflète dans l’absence de congé parental et de congé médical payés par le gouvernement fédéral, qui existent dans d’autres pays à revenu élevé. « Le résultat de cet [état d'esprit] est que la culture dominante ne valorise pas non plus la parentalité ou les parents. »

En santé publique, il est largement admis que jusqu'à 80 % des résultats de santé d'une personne dépendent de facteurs tels que son environnement physique, son accès à la nourriture, à l'eau et à l'air purs, l'accès aux loisirs et à la sécurité – ce que l'on appelle les déterminants sociaux de la santé. Les politiques ayant un impact sur les déterminants sociaux de la santé d'une famille affectent également la santé mentale des nourrissons.

Comme le dit Alderman : « Il se passe beaucoup de choses dans le monde [des soignants] qui ont un impact sur leur capacité à prendre certaines décisions et sur les options dont ils disposent. » Pour bien prendre soin des enfants, les adultes ont parfois aussi besoin d’aide. "Beaucoup d'entre nous ne sont pas aussi impuissants qu'un bébé", déclare Alderman, "mais à bien des égards, il y a des choses sur lesquelles nous n'avons absolument aucun contrôle en tant qu'individus, mais la société peut opérer des changements lorsque le bon plaidoyer se produit."

Santé maternelle et infantile à l'UNM

Si vous êtes intéressé par le type de travail entrepris par Alderman, le Collège de santé de la population de l'UNM propose un Programme de santé maternelle et infantile (SMI) dans le cadre d'études de premier cycle et des cycles supérieurs, ainsi qu'un certificat. Ce programme vise à fournir une compréhension spécialisée de la SMI et comment l'appliquer sur le terrain en tant que praticien ou chercheur. Les étudiants acquièrent des compétences liées à la santé et au bien-être des femmes, des enfants et des familles, ainsi que des compétences en leadership, des approches interdisciplinaires et des techniques de prévention et de promotion de l'aide.
Catégories: Collège de la santé des populations, Un engagement communautaire, Meilleurs histoires