Traduire
Extérieur de la bibliothèque HSC
Par El Gibson

Informations autochtones

Liens de la base de données sur la santé des Autochtones du HSLIC vers des informations sur la recherche sur la santé et les soins de santé des Autochtones

Pendant des décennies, Base de données sur la santé des Autochtones (BDN) a servi de tremplin aux chercheurs alors qu'ils exploraient des sujets et des besoins spécifiques qui ont un impact direct sur les populations autochtones.

Jonathan Pringle, MAS, communication savante et bibliothécaire numérique pour la bibliothèque et le centre informatique des sciences de la santé de l'Université du Nouveau-Mexique (HSLIC), souhaite pousser cette ressource encore plus loin.

La base de données est une collection en ligne qui organise et partage des informations liées à la santé et aux soins de santé des Indiens d'Amérique, des autochtones de l'Alaska et des Premières nations canadiennes. Il fournit des informations au profit, à l'utilisation et à l'éducation des organisations et des individus qui s'intéressent aux questions de santé relatives aux populations autochtones.

Il s'agit d'un outil de recherche unique auquel les éducateurs, les chercheurs, les étudiants et les prestataires de soins de santé de tout le pays ont accès depuis de nombreuses années. Lors de la recherche d'une ressource, les utilisateurs peuvent affiner leur recherche par date, affiliation tribale ou de groupe, sujet, type de ressource ou d'autres paramètres. Les types de ressources comprennent des articles de revues, des éditoriaux, des lignes directrices et des monographies.

"J'aime que HSLIC soutienne une ressource qui est disponible partout au pays et en Amérique du Nord - et même au-delà", a déclaré Pringle. "Et j'espère que nous serons bientôt perçus comme un endroit idéal pour publier des informations relatives à la santé et au bien-être des communautés autochtones."

Au début des années 1990, une collection de plus de 3,000 XNUMX documents intitulée « Papers on Indian Health » a été donnée à HSLIC, et a ainsi lancé un projet pluriannuel de données et de ressources.

Les bibliothécaires d'archives du HSLIC ont aidé à construire et à gérer le NHD jusqu'au milieu des années 2000.

En 2005, la bibliothécaire des services autochtones et à distance du HSLIC, Patricia Bradley, MIS, a chargé un conseil consultatif de participer au développement du NHD, servant de relais des électeurs concernant l'utilisabilité de la base de données et fournissant des commentaires sur les aspects de sensibilité culturelle. Sous la direction de Bradley, le NHD est passé à plus de 10,000 XNUMX enregistrements.

Bradley est décédé de manière inattendue en 2019, ce qui a soudainement laissé le NHD sans direction ni orientation pour l'avenir. Pringle a été embauché peu de temps après.

 

Jonathan Pringle, MAS
J'ai toujours eu l'impression d'avoir un double rôle de reconnaissance et de respect du passé, mais aussi de trouver une nouvelle direction pour aller de l'avant qui a amené le passé au présent et au futur.
- Jonathan Pringle, MAS

Dès le début, Pringle a dû décider exactement quelle serait cette nouvelle direction.

Son objectif n° 1 était de ne pas laisser tomber la NHD, comme tant d'autres ressources similaires qui ont été hébergées numériquement et liées à des documents et rapports liés à la santé des Autochtones.

« Je savais que cela prendrait du temps, car lorsqu'un projet est sous la direction d'une seule personne depuis si longtemps, il est difficile de se tourner brusquement vers une toute nouvelle chose sans vérifier auprès d'un grand nombre de personnes pour s'assurer que leur vision et ce dont ils se souviennent de la vision de Pat correspond à ce à quoi ressemble ma vision », a-t-il déclaré.

En pensant à ces multiples types d'informations qui rendent le NHD unique, comme ce "trésor" de 3,000 1990 documents donnés dans les années XNUMX, Pringle a déclaré qu'il voulait s'assurer qu'à l'avenir, ce même type de contenu pourrait continuer à être disponible, ainsi que des matériaux supplémentaires.

"J'aimerais que nous puissions établir un lien ou fournir un accès direct aux histoires orales, aux images animées, aux enregistrements audio et peut-être même aux objets et artefacts tridimensionnels des musées qui pourraient être ajoutés à la base de données", a-t-il déclaré. « La prestation de soins de santé dans les communautés et les contextes autochtones va bien au-delà de la simple documentation sur papier. Cela peut inclure beaucoup d'autres modes de transmission de communication, d'informations et de recherche, donc je voulais être en mesure de fournir cela.

Cet objectif était l'une des principales raisons pour lesquelles la NHD est passée à une nouvelle plate-forme en ligne.

Actuellement, les ressources complètes ne sont pas stockées dans la base de données et les enregistrements individuels de la base de données fournissent des informations pour guider les utilisateurs vers le manuscrit ou le document ailleurs. Cependant, Pringle travaille activement pour changer cela, car il envisage le NHD comme un guichet unique pour les chercheurs au lieu de servir de simple tremplin pour recueillir des informations.

"Nous nous apprêtons à intégrer le contenu directement dans la ressource, donc en ce moment, nous avons un étudiant qui numérise un grand nombre de ces anciens documents papier et les importe directement dans la base de données", a déclaré Pringle. "C'est un long processus, car il y a plus de 10,000 XNUMX enregistrements qui sont décrits pour le moment."

En plus de prendre en charge la possibilité de fournir du contenu téléchargeable parallèlement aux descriptions, la nouvelle plate-forme permet également la soumission de contenu.

Pringle s'adresse actuellement à trois groupes dans le but de fournir à la NHD des ressources nouvelles et pertinentes et de faire fonctionner la base de données : les créateurs de contenu (individus, unités de recherche universitaires, agences gouvernementales, etc.), les communautés autochtones et les utilisateurs.

"Nous avons un plan ambitieux sur la manière d'atteindre ces trois groupes", a-t-il déclaré. « Nous sommes au point de départ de l'établissement de relations avec un grand nombre de ces entités pour trouver de nouveaux contenus pertinents, intégrer la cogestion autochtone de ces informations et apporter ces informations aux utilisateurs. »

La nouvelle plateforme permet également aux communautés autochtones d'avoir un degré de contrôle beaucoup plus élevé sur leur accès et leur distribution des ressources.

Maintenant que NHD accepte les soumissions de contenu, le contenu est vérifié par une série de protocoles culturels uniques dirigés par des Autochtones et d'étiquettes de connaissances traditionnelles pour s'assurer que les matériaux ne sont pas vus ou utilisés par ceux qui n'ont pas l'autorisation appropriée.

"Souvent, lorsque nous pensons en termes de recherche historique, les peuples autochtones ont souvent fait l'objet de recherches, mais sont très rarement impliqués dans ce qui se passe par la suite", a déclaré Pringle. "Cela offre à ces communautés l'occasion de récupérer les recherches qui ont été faites à leur sujet."

Le NHD n'exige pas que les utilisateurs créent un compte pour parcourir ou accéder aux éléments de la collection, mais les utilisateurs enregistrés peuvent enregistrer des éléments dans leur collection personnelle pour un examen ultérieur. L'inscription au compte est gratuite.

Pour plus d'informations sur le NHD, visitez la page d'accueil du NHD ou contactez Pringle au hsc-nhd@salud.unm.edu.
Catégories: Engagement communautaire, Diversité, Santé, De marché, Meilleurs histoires