Traduire
Un enfant souriant
Par Michael Haederle

Appel à la protection

Un médecin de l'UNM se joint à l'appel à ratifier la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant

Un membre du corps professoral de l'École de médecine de l'Université du Nouveau-Mexique s'est joint à d'autres éminents défenseurs de l'équité en matière de santé pour demander aux États-Unis d'établir une entité fédérale de haut niveau chargée de superviser les questions relatives aux droits de l'enfant.

Dans un document de position publié le mois dernier dans Revue de la santé et des droits humains, le groupe a noté que les États-Unis sont le seul pays au monde à ne pas avoir ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant (CRC), adoptée pour la première fois en 1989.

La convention a encouragé les États membres à créer des institutions pour protéger les droits de l'enfant et de nombreux pays à des postes de direction qui défendent les intérêts des enfants.

Le groupe comprend Hope Ferdowsian, MD, MPH, professeur agrégé au Département de médecine interne et co-fondateur et PDG de Initiative des zones Phénix, une organisation à but non lucratif qui défend les droits et le bien-être des personnes, des animaux et de l'environnement.

 

Hope Ferdowsian, M.D., MPH
La non-ratification de la convention a de graves conséquences sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé des enfants, notamment la pauvreté, l'accès aux soins de santé, la nutrition, l'itinérance et la séparation d'avec la famille.
- Espoir Ferdowsien, MD, MPH

Le fait de ne pas ratifier la convention "a de graves implications sur les déterminants sociaux et environnementaux de la santé des enfants - y compris la pauvreté, l'accès aux soins de santé, la nutrition, l'itinérance et la séparation d'avec la famille", a déclaré Ferdowsian.

"Notre coalition est nouvelle, en ce sens qu'elle comprend des professionnels et des défenseurs de plusieurs secteurs, notamment les soins de santé, la santé publique, l'immigration, la protection de l'enfance, la justice pour mineurs, l'apprentissage précoce, l'éducation, le travail et la planification familiale."

Les auteurs de l'article ont recommandé trois options pour promouvoir la surveillance au niveau fédéral des droits de l'enfant. Le premier est un bureau de la Maison Blanche pour les enfants, qui ne nécessiterait que l'approbation du président, contournant ainsi l'impasse potentielle du Congrès, écrivent-ils.

Le second est un poste au niveau du Cabinet et/ou un département pour les enfants. Un ministère aurait besoin d'une législation, mais pourrait regrouper plusieurs programmes actuellement répartis dans de nombreux ministères.

La troisième option serait un commissaire à l'enfance indépendant, semblable à des postes similaires dans d'autres pays. Le commissaire superviserait les intérêts des enfants dans les branches exécutive et législative et avancerait des propositions politiques en leur nom.

« La création d'une autorité fédérale de haut niveau serait une première étape importante et pourrait relancer toutes les politiques qui doivent suivre pour faire des droits et du bien-être des enfants une véritable priorité », concluent-ils.

Catégories: Engagement communautaire, Nouvelles que vous pouvez utiliser, École de médecine, Meilleurs histoires