Traduire
${alt}
Par Michael Haederle

Recherche recommandée

Un membre du corps professoral du HSC rejoint le groupe d'experts fédéral chargé de superviser la base de données des revues biomédicales

Les revues de recherche biomédicale se comptent par milliers et sont publiés dans le monde entier, de nouveaux sont mis en ligne chaque année.

Jonathan Eldredge, MLS, PhD, professeur agrégé à la bibliothèque et à l'informatique des sciences de la santé de l'Université du Nouveau-Mexique, a été nommé au comité fédéral qui détermine les revues indexées sur MEDLINE, la première base de données au monde pour la recherche biomédicale.

Le comité d'examen technique de sélection de la littérature de la National Library of Medicine (LSTRC) se réunit trois fois par an pour examiner et recommander des revues à inclure dans MEDLINE - qui à son tour sert de base à PubMed, la ressource en ligne qui enregistre 3.3 milliards de recherches par an.

« Ce comité est extrêmement prestigieux », déclare la directrice exécutive de HSCLIC, Melissa Rethlefsen, MSLS. « C'est un grand honneur pour lui et pour nous.

Eldredge, qui occupe également des postes au Collège de santé de la population de l'UNM et à l'École de médecine de l'UNM, possède une vaste expérience en tant qu'éditeur et réviseur de publications savantes, y compris le Journal of the American Medical Association, American Journal of Public Health, Bibliothèque et sciences de l'information fondées sur des preuves et un Bibliothèques numériques biomédicales BMC.

Le monde de l'édition biomédicale est incroyablement compétitif et les éditeurs sont toujours à la recherche d'un avantage, dit Eldredge. « C'est une chose très médiatisée de vouloir être indexé dans MEDLINE et un PubMed," il dit. « Il y a un peu d'assurance qualité que c'est un assez bon journal si vous le regardez dans PubMed. »

Les membres du LSTRC se réunissent pour faire des recommandations pour l'ajout de nouveaux candidats à la base de données MEDLINE en fonction du contenu scientifique, de la qualité, de l'importance, des politiques éditoriales et du sujet de chaque revue.

« C'est une situation très médiatisée où vous devez détourner les demandes de renseignements », dit Eldredge. « Les gens voudront vous influencer de diverses manières. »

Eldredge, qui a obtenu sa maîtrise en bibliothéconomie à l'École d'information de l'Université du Michigan, est arrivé à l'UNM en 1986 en tant que chef du développement de la collection de ce qui était alors la Bibliothèque du centre médical, avec une nomination en tant que conférencier à l'École de médecine.

Au fil des années, il a endossé plusieurs rôles. Aujourd'hui, il enseigne la médecine quantitative, l'épidémiologie et la biostatistique aux étudiants en médecine. Il co-enseigne également un cours de méthodes de recherche pour les étudiants adjoints au médecin, un cours d'informatique biomédicale pour les étudiants de maîtrise ès sciences en recherche clinique et un cours de santé publique exigé de tous les étudiants diplômés en santé publique.

« J'ai aimé travailler à l'UNM », déclare Eldredge. "C'est le genre d'endroit où vous avez une bonne idée que vous pouvez réellement faire avancer les choses, et dans d'autres institutions, cela semble beaucoup plus difficile."

Catégories: Collège de la santé des populations, Éducation, De marché, École de médecine, Meilleurs histoires